Rechercher
  • Aline Hanot

Le syndrome de l'imposteur ... c'est grave doc ?

Dernière mise à jour : nov. 3

« Je ne suis pas à la hauteur

Je n’ai pas les compétences pour ce poste, et si je mettais trompé(e) et s’ils s’étaient trompés !

Ils vont bien se rendre compte à un moment donné que je ne suis pas aussi intelligent(e) qu’ils le pensent. Je vais les décevoir.

Bon cette fois ci j’ai réussi à faire illusion mais la prochaine ....

Ok j’occupe ces fonctions mais j’ai eu de la chance, j’ai rencontré les bonnes personnes.

J’ai besoin de toujours bosser plus, sinon on va se rendre compte que je ne suis pas au top.

J’ai travaillé 10 heures, mais je dois faire plus pour être au niveau… »


Si vous vous êtes déjà fait une ou plusieurs de ces réflexions vous êtes peut être atteint du syndrome de l’imposteur ou SI. 😱

Alors pas de panique cela s’explique et on peut inverser le processus.

70 % de la population douterait un jour ou l’autre, ne serait-ce qu’une seule fois, de la légitimité de son statut ou de sa position actuelle. 20 % de la population présenterait un syndrome de l’imposteur avéré (Clance, 1192, Cromwell et al. 1999).


Les personnes qui présentent un syndrome de l’imposteur ont tendance à :

· Ne pas accorder d’importance aux compétences qu’elles mettent en œuvre dans une tâche. « C’est super le job que tu as réalisé » « Oh tu sais je n’ai pas fait grand-chose »

· Sous-estimer leurs qualités ou leurs résultats ;

· Ne se pas sentir confiantes vis-à-vis d’une activité nouvelle ou déjà réalisée ;

· Expliquer leur succès ou situation pas des causes externes (chance, hasard, relations) plutôt qu’internes (compétences, intelligence) ;

· Rejeter ou s’opposer aux feed-back positifs des autres. (Se libérer du syndrome de l’imposteur, kevin Chassangre & Stacey Callahan)


Bon allez on se rassure des solutions existent pour se sortir de ce cycle qui peut devenir infernal et véritablement nous pourrir la vie.

Cela peut être utile de se faire accompagner pour :

· Comprendre l’origine du développement de ce SI. 😬 Pas de surprise cela vient souvent de notre enfance et de la manière dont nous nous sommes construits. A quel commandement cherchons-nous à répondre ?

· On essaye ensuite d’identifier les causes externes qui viennent titiller notre SI

· On va identifier aussi les situations, contextes dans lequel cet intrus vient pointer le bout de son nez.

· On va identifier à quoi il ressemble pour chaque individu et oui ce petit vicieux peut prendre plusieurs formes.


Une fois ce travail effectué la cible de notre futur plan de bataille sera bien identifiée. Parfois conscientiser permet déjà d’effectuer une bonne partie du job.

Et ensuite …. On désancre ces croyances pour en intégrer de beaucoup plus positives ou je m’accepte de façon INCONDITIONNELLE.

· J’accepte que je puisse connaître l’échec mais aussi la réussite.

· Et que cette réussite je la dois uniquement à mes compétences ! Pour se faire on mettra d’une part en évidence les 4 sources qui me permettent d’être dans l’auto-efficacité : les expériences de maîtrises, les expériences de « vicariantes » de maîtrise », la persuasion verbale, et enfin nos états physiologiques et émotionnels.


Bon avant de commencer ce travail qui vous changera la vie, je vous propose de vous auto évaluer via ce questionnaire. (Clance, 1992)

Et si vous avez envie d’en parler vous savez où me trouver !



Testez vous

mesurer son sydrôme de l'imposteur
.xlsx
Download XLSX • 13KB



61 vues0 commentaire